ACTUALITÉS

19
ABR

Stéphanie Martinez, 1º Bachibac

Nous vous présentons Stéphanie Martinez, élève de 1ero de Bachibac et joueuse de basket pour le Barça. 

Stéphanie, originaire de Suisse, a quitté sa famille en septembre dernier afin de pouvoir jouer pour le Barça où elle voudrait améliorer ses habiletés sportives. Elle nous explique aujourd’hui ses motivations et ressentis dans cette nouvelle étape de sa vie. 

Tout d’abord, qu’est-ce qui t’a poussé à faire le choix de tout laisser derrière toi en Suisse ? Comment as-tu pris cette décision ?

Depuis que je suis toute petite, j’ai toujours voulu voir le monde et pouvoir jouer au basket en dehors de la Suisse puisque d’un point de vue sportif, on ne peut pas se comparer avec l’Espagne. Ça a été un rêve de pouvoir m’installer ici, à Barcelone, pour justement pratiquer le sport qui me plaît.

Depuis quand ressens-tu cette passion pour le basket ?

J’ai commencé à jouer au basket lorsque j’avais sept ans dans un club de jeunesse. Cette passion me vient de ma mère, qui depuis toute petite en fait du basket, comme moi. 

Selon toi, qu’est-ce qui est le plus dur lorsqu’il faut partir de chez soi ?

Le plus dur pour moi est de devoir laisser ma famille. Nous sommes tous très unis et maintenir une relation à distance est difficile à gérer. Pourtant, je ne suis pas mal ici, je fais ce que je veux et c’est une expérience qui me permet de grandir personnellement et professionnellement. J’ai beaucoup gagné en autonomie.

Est-il difficile de suivre le niveau exigé par un Club comme celui du Barça ?

À vrai dire, c’est mieux que ce que j’imaginais. C’était prévu que j’entraine tous les jours, mais à cause de la Covid, je n’entraîne que trois fois par semaine en plus des matchs. Le rythme n’est donc pas si élevé que celui qu’il aurait dû être.

Côté avenir, as-tu déjà une idée de ce que tu aimerais étudier ? Envisages-tu un avenir professionnel en lien avec le basket ?

Plus tard, j’aimerais faire des études de journalisme ou un double diplôme en relations internationales, c’est pour cela que j’ai choisi de faire un Batxibac, mais j’ai encore le temps d’y réfléchir. Quoi qu’il advienne, j’aimerais pouvoir continuer à jouer le plus longtemps possible au basket.

Finalement, quel conseil donnerais-tu à ceux et celles qui comme toi, veulent partir à l’étranger pour améliorer leurs performances sportives ? 

Si vous en avez envie, il faut foncer puisqu’on n’a qu’une vie et une expérience comme celle-ci, vous n’allez jamais la regretter, parce qu’elle vous permet de grandir tout en faisant ce qui vous plaît. Certes, être loin de la famille n’est pas toujours facile, mais c’est très enrichissant  et formateur de découvrir un nouveau pays ou un nouveau lycée comme Bon Soleil!

Bonsoleil Press, Générales