ACTUALITÉS

6
OCT

Nous vous présentons Sophie Rouard

Nous vous présentons Sophie Rouard, la responsable de la médiathèque du Primaire.

Cette semaine Marta Rodriguez et Mathie Vicente, membres du Club de Presse l’ont interviewée afin que vous puissiez connaître son métier. 

Marta:  Tout d’abord, depuis combien de temps travaillez-vous avec des enfants?

Sophie: Depuis mes 18 ans; je vais ainsi vous révéler mon âge, donc, cela fait 30 ans maintenant.

Mathie: Expliquez-nous alors de quelle manière vous avez fait vos débuts à Bon Soleil?

Sophie: C’est vraiment une circonstance… j’ai envoyé mon CV dans toutes les écoles françaises et Mme. Cabré m’a reçue et m’a proposé ce poste.

Mathie: Pouvez-vous nous expliquer quelle est votre mission à Bon Soleil?

Sophie: Je m’occupe de la médiathèque de maternelle et primaire, je suis la responsable de la médiathèque comme lieu physique, c’est-à-dire que je gère les livres, le catalogue en ligne, tous les achats des nouveaux livres. J’anime également des ateliers avec les maternelles et primaires. Ceux-ci tournent autour du livre, de l’oralité, des histoires, donc j’ai des projets spécifiques avec toutes les classes depuis la petite section jusqu’en CM2.

Mathie: Quels projets avez-vous pour cette année?

Sophie: J’en ai plusieurs, aux PS et MS, je leur raconte des histoires en lien avec les thèmes traités par leurs professeurs en classe; avec les CP et Ce1, c’est plus en lien avec la lecture, avec Ce1 je travaille aussi avec le journal du lecteur qu’ils connaissent depuis l’année dernière; pour les Ce2, on va démarrer prochainement les débats philosophiques  que nous avons déjà commencés avec les Cm1 et Cm2.

Marta: Selon vous, quelle est le secret pour motiver les enfants à lire?

Sophie: Raconter des histoires, et lire soi-même. Moi je suis une passionnée de la littérature, que ce soit la littérature de jeunesse, la littérature en général et cette passion je crois qu’elle se communique en racontant des histoires, en les aimant et en prenant plaisir à les partager.

Mathie: Pour finir, comment imaginez-vous l’éducation dans un avenir plus ou lointain?

Sophie: C’est une grande question… Je pense que le rôle des professeurs, enseignants,les moniteurs, bref ceux qui gravitent autour du fil en lien avec l’éducation est au fond le même, après il est possible que la forme change avec le temps. On l’a vu et vous l’avez vécu avec le confinement, on est passé à un enseignement virtuel rapidement qui a ses qualités et ses défauts, je ne saurais  vous dire. Peut-être qu’on va aller vers quelque chose de plus hybride, tout est possible. Cependant, j’espère que l’école va continuer d’exister physiquement car le fait de pouvoir se voir et communiquer est fondamental. J’espère que d’ici peu on va pouvoir de nouveau se toucher parce que nous ressentons des émotions. Celles-ci permettent de faire passer le savoir. Voilà ce que je pense puisqu’avec les écrans, les émotions se perdent. Ces émotions nous marquent et laissent une empreinte difficile à effacer. Celles-ci favorisent les apprentissages. Voilà pourquoi il est plus que nécessaire de favoriser de vrais échanges.

Marta et Mathie: Merci beaucoup c’est un plaisir d’avoir pu vous écouter.

Sophie: Au revoir.

Générales